Home

fundacic3b3n-lorin-mordecai-bengio.jpg
Fondation Lorin ©

Soulaimane Berrada – La Comédie de Tanger

Soulaimane Berrada
Soulaimane Berrada ©

La Comédie de Tanger, un magnifique parcours de 20ans.

La Comédie de Tanger est la seule troupe de théâtre française au nord du Maroc, créée par Philippe Lorin il y a 20 ans. Elle produit entre quatre et sept spectacles par an, et elle date d’une vingtaine d’années. C’est à partir de ce socle que la fondation Lorin s’est constituée. Une fondation qui contribue depuis sa création au rayonnement de la langue et de la culture française, par les représentations des pièces de théâtre classiques et contemporaines, mais également par la création des festivals majeurs ; Tanjazz, Tanja Latina, Festival international du théâtre amateur…

Soulaimane Berrada est le plus jeune membre de cette fondation, comédien et assistant metteur en scène, parfaitement connu pour son goût pour les activités culturelles. Il est particulièrement reconnu comme très actif dans l’art dramatique et très impliqué dans les manifestations culturelles. Alors étudiant en littérature française, il choisit déjà de consacrer sa vie aux arts et au théâtre. En 2017, il était le lauréat du concours Lirectendace organisé par l’ambassade de France au Maroc.

En novembre 2016 à l’occasion de l’anniversaire de cette troupe, une série de lectures et de spectacles ont été présentés, dont « Le Mensonge ». Les festivités ont eu lieu à la Fondation Lorin et à la Salle Beckett de Tanger. 

Durant 20 ans La Comédie de Tanger a réunie les talents de nombreux comédiens amateurs impliqués et passionnés dans une trentaine de réalisations théâtrales présentées à Tanger avec: Philippe Guiguet Bologne, Sandra de Vizcaya, Philippe Lorin, Monique Soulié, Mabrouk Shtouky, Philippe de Vizcaya, Soulaimane Berrada, Cecilia Fernandez, Yassine Zizi, Salah Bouannani, Nadia el Alami, Nada Harrash, Bouchra Cherkaoui, Leila Chakib, Driss Mamoun, Sanae el Kamouni, Chakib, Jean Pierre Lugli, Muriel Terrat, Said Lahmar, Maryline Pierre, Leila Bercowicz, Dalila Serghini, Patrick Lèbre, Nadia Sentissi, Marc Richli, Patricia Richli, Godard, Mahmoud Benslimane, Michel Duffau, Christiane Duffau, Mona Douiri, Evelyne, Fanny, Jean Cames, Jean Pierre Brehon, Georgette Ivent, Christelle Lipp, Mouna Sebti, Isabelle Lorin,  Dan Ferrin, Cécile Ferrin, Ugo Orlando, Laura Mouliade, Aurore Laloux, Roland Platel, Jérôme Guerin, Leila Gori, Cedric Coste, Maud Pouzet, Widad Tizniti, Latifa Houari, Pascale Jullien, Jalil Afraoui, Raid Laabi, Kawtar, Jamila Faiz, Marie Amélie Auvinet, Anna-Gaël Rio, Jean Daniel Polier, Geneviève Teil, Izzy Bisea.

La dernière grande représentation fut de la pièce Migraaaants.
NOTE DE L’AUTEUR
Matéi Visniec

En tant que journaliste à Radio France Internationale je suis tout simplement « noyé » dans des informations et des reportages concernant les migrants. J’ai découvert moi-même, suite à mes voyages en Grèce, en Italie, en Hongrie ou en Grande Bretagne, certaines « réalités ». Mon intention est d’utiliser cette « matière » pour essayer de comprendre les motivations profondes d’une grande mutation humaine, culturelle et géopolitique.

Je suis convaincu qu’il ne s’agit pas tellement d’un « phénomène migratoire d’une ampleur sans précédent », mais d’une sorte de révolution de partage. Une gigantesque révolte passive se cache derrière ce mouvement (motivé aussi par l’instinct de survie).

Ces centaines de millions de gens rappellent aussi à l’Occident que son modèle économique, politique et culturel se mondialise mal. C’est un modèle qui fonctionne seulement sur un périmètre restreint de terre habitable, tandis que le reste de la planète assiste au « festin des privilégiés » en regardant seulement la télé…

C’est sûrement une injustice pour laquelle les inspirateurs de ce modèle, les Occidentaux, doivent aujourd’hui payer l’addition, la révolution à laquelle on assiste, c’est celle du repartage de l’accès au bonheur dans le monde, mais le théâtre n’adopte ni le langage politique ni celui de la sociologie ou de la pédagogie pour faire son travail de compréhension, pour stimuler la réflexion et éventuellement éveiller les consciences.

Dans ma pièce modulaire je propose des scènes courtes et des situations dramatiques (inspirées de faits réels) où j’essaie de suggérer le grand dilemme moral dans lequel se trouve l’Europe. Par cette pièce, ce qui m’intéresse c’est autant parler de l’industrie du trafic des êtres humains que de la mécanique marchande du phénomène. Dans le monde des passeurs et des trafiquants tout a un prix, pour eux la détresse humaine est un filon aurifère à exploiter, c’est une source pratiquement inépuisable de profit.

Mais surtout j’avais envie de capter dans cette pièce le côté émotionnel et humain du phénomène. C’est une tragédie de l’humanité qui se déroule devant nos yeux, digne du théâtre antique grec où l’homme se confrontait à la force implacable du destin, et j’ai voulu aussi, dans ce texte, dénoncer la « pensée politiquement correcte » qui a atteint les limites du supportable et de la décence mentale en Occident.

Se cacher derrière la pensée politiquement correcte afin d’éviter de voir les réalités de ce monde et d’assumer l’action, ce n’est plus pardonnable.

 

Spectacles présentés à l’occasion du 20ème anniversaire de la Comédie de Tanger;

7 novembreIsabelle Lorin – Laura Mouliade
– Stefan Zweig :     Le Monde d’hier
– Octave Mirbeau : Le journal d’une femme de chambre

9 novembreAurore Laloux – Christiane Duffau  
– Christian Siméon : La Vénus au phacochère

12 novembre/ Philippe Guiguet-Bologne – Philippe Lorin
TANGER
– Philippe Guiguet Bologne : Achakar 2016
– Paul Morand : Bains de mer, bains de rêve ; Hécate et ses chiens 1960
– Joseph Peyré : Romanesque Tanger 1943
– Roberto Arlt : Aguafuertes 1938
– Ruben Dario : Tierras solares 1904
– Pio Baroja : Essayos 1954
– Truman Capote : Les chiens aboient 1979

– 13 novembre/Florient Azoulay
L’AILLEURS 
– Florient Azoulay :  » Le Testament trahi de Pierre Loti  » (extrait de La Vie cachée des écrivains)
– Pierre Loti : Au Maroc
– Rick Bass : Le journal des cinq saisons
– Blaise Cendrars : Prose du Transsibérien et de la petite Jeanne de France
– Alphonse Daudet : Lettres de mon moulin

– 15 novembre/ Florient Azoulay
LA FEMME
– Knut Hamsun, Faim (adaptation théâtrale de Florient Azoulay & Xavier Gallais)
– Olivier Cadiot : Retour définitif et durable de l’être aimé
– Walt Whitman : Feuilles d’herbe
– Woody Allen : Destins Tordus
– Marina Tsvétaïeva : Tentative de jalousie
– Edgar Allan Poe : Poésies

– 17 novembre/ Florient Azoulay
L’ENFANCE
– Complicité : Mnemonic (traduction de Florient Azoulay & Wilfried Bosch)
– Colette : Sido
– Mark Twain : Les Aventures de Tom Sawyer
– Arthur Rimbaud : Poésies
– Victor Hugo : L’Art d’être grand-père et Toute la Lyre

– 19 novembre/Jean-Claude Sussfeld – Meriem Benachenhou
Jérôme Kilty (traduit par Jean Cocteau) : Cher menteur

– 23 novembre/Michel Duffau – Roland Platel
Vincent Delerm : la première gorgée de bière.

IMG_Soulaimane Berrada
Soulaimane Berrada dans les coulisses ©

 

Depuis la naissance de cette troupe de théâtre, une trentaine de pièces ont été déroulées à la Fondation Lorin et à la Salle Beckett de Tanger.

Parmi les spectacles les plus renommés ; 

En 2018, La troupe française a tenue de gigantesques représentations notamment par l’interprétation de;

Ils jouent leurs rôles dans la pièce Migraaaants sur TV5 Monde [archive],Représentation à l’Institut français 1 Migraaaants la pièce nécessaire sur Medi1.com 2

Fondation Lorin – Théâtre ©

Créer un nouveau site sur WordPress.com
Commencer